Jusqu'à ce que la fin du monde nous sépare


Jeudi dernier j'ai vu un film que je n'attendais pas vraiment, un film dont je n'avais pas entendu parler et surtout avec comme acteur principal...Steve Carell (que je n'apprécie pas vraiment).




"Jusqu'à ce que la fin du monde nous sépare" (ou pour nos amis quebecquois "cherche ami pour partager fin du monde"... j'adore ce titre (ironie)) se passe comme son nom l'indique dans un contexte ou la fin du monde est proche, elle est même daté dés le début du film: il ne reste que 3 semaines avant qu'un astéroïde ne percute la terre.
Dodge, un conseiller en assurance, voit sa femme le quitter, apprends ensuite qu'elle avait un amant, enfin bref ça va pas fort, il plutôt passif et attend la fin du monde sans s'en soucier. C'est alors que Penny, sa voisine déglingo lui apporte une lettre qu'elle a oublié de lui donner depuis 3 mois, une lettre d'Olivia, la première petite ami de Dodge qui décide de partir à la recherche de cette dernière en compagnie de Penny et de Pardon, un petit chien. 
Alors première chose: ce film N'EST PAS UNE COMÉDIE, si vous allez le voir, le louez, l'achetez, partez avec cette idée en tête, ce film n'est pas comique. C'est à la limite une comédie dramatique, mais plutôt tendant vers le drame. Divers sites, et même le synopsis dans la salle de ciné indiquent une comédie, et si vous le regardez avec cette idée en tête vous serez déçu. Je pense que la présence de Steeve Carell à pu faire croire qu'il s'agissait d'une comédie, moi même, ayant vu son nom dans la distribution je m'attendais a le voir grimacer ou jouer son propre rôle. Et bien non. Même si au début, on a quelques petites touches d'humour, son personnage est à 95% dramatique tout au long du film. 



Ceci est très important car le film est segmenté en 3: la partie "comique" ou les personnages se mettent en place, avec notamment quelques persos lourds comme le pote de Dodge, la femme du pote de Dodge, la nana avec qui ce couple veut le caser, l'ex de Penny, des personnages secondaires inutiles que l'on ne revoit plus par la suite et c'est tant mieux.
La seconde partie, je la situerais vers la séquence du resto "Chez copain" ("tout le monde est copain chez Copain", passage plutôt marrant), on va dire qu'il y a un bouleversement chez les personnages.
Et la troisième partie résulte de ce changement chez Penny et Dodge, et c'est la où le film prend tout son sens, le melo s'étant installé depuis la fin de chez Copain, il s'est intensifié jusqu'à la fin, très belle et parfaite pour le film.

"Jusqu'à ce que la fin du monde" nous sépare est donc un film qui commence mal mais qui se rattrape en cours de route et se fini très bien (enfin pas pour tout le monde). Un bon drame, qui aurait été excellent avec une première partie moins lourdes, et deux acteurs principaux étonnant (Carell à contre rôle et Keira Knightley drôle et touchante). Un film que je conseil car le sujet est interessant ("que feriez vous si vous connaissiez la date de la fin du monde?) un thème universel qui est bien traité dés la seconde partie du film.

6.5/10

Les consoles avant et maintenant






















Les consoles avant et maintenant - Humour

Les personnages de Disney pour de vrai

















A deux ans, Evan recevait une voiture électrique Flash Macqueen (du film Cars) mais problème, trois ans plus tard, les roues ne tenaient plus. Pas grave son père mécano les remplaça par des vraies, puis ajouta un chassis, des freins à disque, deux batteries et un moteur beaucoup plus puissant...

Le résultat?



Mike Senna a passé 2 ans à construire son propre Wall-E qui peut bouger sa tête, ses bras et même parler sur commande. Il participe aujourd'hui à des évènements carricatifs avec son robot plus vrai que nature. Un travail impressionnant.

Son blog ici

Le coup de coeur musical du moment



















J'ai débuté Skyward Sword il y a peu, le jeu a de grosses lacunes, des défauts qui ne donnent pas envie d'y jouer (les contrôles et la lenteur de la progression, entre autres) mais je dois reconnaître qu'il a des qualités notamment ce thème (qui me fait d’ailleurs un peu pensé à "Sorrow" de la B.O. de "The Endless Odessey")


Publicité