Les Mondes de Ralph, la critique


Grosse attente que les mondes de Ralph, quand Disney plonge dans le monde du retro-gaming avec tout plein de référence aux jeux d'antan, forcement je devais le voir.






  Les mondes de Ralp est premièrement un Disney, non pas un Pixar ou même un Disney Pixar mais bien un Disney. Ça peut paraître anodin mais quand on voit le film dans sa globalité on se dit qu'il manque un petit quelque chose, ce qui n'est pas le genre d'une production Pixar.
Toute l'histoire se passe autour de Ralph, gros méchant du jeu "Fix it Felix" une sorte de Donkey Kong like, mais au bout de plusieurs dizaine d'années de service, il en a gros. Les personnages de son jeu ne l'aiment pas et le délaissent alors qu'il ne fait que son boulot de méchant c'est à dire tout casser.


Un personnage lambda le met au défi de gagner une médaille prouvant son héroïsme et notre héros improvisé se retrouve ainsi à la gare centrale des jeux vidéos ou il va tenter d'infiltrer d'autres jeux afin de gagner la dite médaille.

La grosse déception: j'avais lu que les studios avaient du s'arracher les cheveux pour créer 5 mondes bien distinct, des univers différents ou se passe l'action mais...pas de quoi casser 3 pattes à un canard, surtout que la majorité du film se passe dans Sugar Rush, un jeu de course aux décors de bonbecs.


Ralph est un personnage sympathique mais pas inoubliable, Vaneloppe (pourquoi un nom pareil?) est un sidekick un peu lourdingue avec ses répliques très peu recherchés, Félix a quelques bonnes vannes, seul le méchant du film est une réelle surprise car inattendu (enfin, du moins sa véritable identité).

Le méchant qui d'ailleurs, visuellement, s'éloigne des standards Disney: le film garde un aspect film pour enfant avec la GROSSE partie de l'action se passant au pays des bonbons (ça peut plaire au public de Mon petit poney) mais le Big Boss est horrible, il y a vraiment un fossé artistique entre les deux


Au final LMDR est un film d'animation sympatoche avec des clins d'oeil au public nostalgique qui échapperont cependant aux plus jeunes pour qui il est destiné. La 3D n'apporte rien, comme toujours, et les doublages français, pas chaotique, aurait du être assurés par d'autres comédiens que Demaison (qui ressemble au personnage peut être mais qui ne lui apporte aucune émotion, c'est plat) et Dorothée Pousséo (qui fait de bon doublage pour des séries comme Martin Mystère ou elle incarne Diana, mais, l'entendre pendant 1h40 c'est trop).

6.5

Publicité